fbpx

Par

Pour son édition 2015, Foire de Paris a demandé à l’ObSoCo (L’Observatoire Société et Consommation) d’apporter son analyse des mutations économiques et sociétales et son regard prospectif sur un univers « phare » du salon, celui de la Gastronomie. Lecoq Gourmand vous invite à découvrir cette étude qui nous apprend, entre autre, que la quête de sens est plus que jamais indissociable de la quête des sens…

Notre alimentation n’est pas simplement purement alimentaire, elle est d’abord culturelle. Manger et boire est une façon d’affirmer notre identité. Et les comportements alimentaires évoluent en même temps que l’apparition de nouvelles valeurs de la société.

L’individualisme a pris le pas sur le collectif. Les repas sont devenus de véritables casse-têtes dans les foyers. A chacun son assiette : free from, allergies diverses ou « religion alimentaire » à respecter. Chacun consomme comme il l’entend et attribue un sens différent à ce qui est ingéré, souvent motivé par des raisons de santé et des convictions morales (souffrance animale, respect du vivant).

Pour autant en matière de nourriture, l’hédonisme règne. La table reste une fête. Parler de nourriture est en soi un plaisir gourmand. La gastronomie Française est par ailleurs une fierté nationale, le symbole d’un art de vivre … et les fraises Tagada délicieusement régressives.

 

Quelques chiffres clés :

• 1 Français sur 2 désire consommer autrement.

• 37% recherchent des produits bons pour la santé

• 33% recherchent des produits locaux et uniques en goût

Autant de moteurs qui guident la recherche du sens en consommation alimentaire

Source : ObSoCo, Observatoire des consommations émergentes, 2013.

 

Notre société valorise également, et sans que cela soit contradictoire avec l’individualisme, les éléments propres à la rassurance. Le besoin de signes forts d’appartenance via la consommation de plats cuisinés traditionnels, dans les diners de réception entre amis ou en famille, est de plus en plus affirmé. La nostalgie d’une époque où le slow dominait, avec ses longues préparations et les cuissons lentes, plane sur les assiettes. Nostalgie dont le marketing fait écho, en proposant de redécouvrir des légumes oubliés ou les « recettes d’antan » par exemple. Enfin la responsabilisation en matière alimentaire devient la règle. Le souci de réaliser moins de gaspillage (l’achat en vrac, le conditionnement par dose) témoigne de l’attention portée aux conséquences de sa consommation.

LE GOÛT, AVANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L’ATTENTION PORTÉE À L’ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES PRODUITS ALIMENTAIRES

A la question « quels sont les aspects de la qualité des produits alimentaires auxquels vous êtes devenus plus sensible qu’il y a 5 ans », 58% des Français répondent le goût. En seconde position viennent les garanties de sécurité (49%)

Rassurés par les actions des acteurs de l’agroalimentaire en matière de sécurité, les consommateurs re-plébiscitent le goût. L’attention portée au goût est révélatrice d’une recherche active de sensations non standardisées, uniques. Les circuits courts ou l’origine d’aliments produits ou élevés en France ou en Région deviennent promesses de qualité. Le produit « terroir » permet d’afficher une appartenance, un parti pris. Il permet de se distinguer comme « bon » consommateur. D’autant que les attentes sur la qualité se couplent avec le désir citoyen de soutenir l’économie locale et de limiter (parfois) les dépenses de CO2.

L’époque est par ailleurs à la défiance. Défiance envers le « gros », le « grand » ; le « petit », le local, le proche, est paré de toutes les vertus. La défiance s’exprime également envers le marketing et la publicité qui deviennent synonymes de mensonge. La recherche de produits locaux ou de produits du terroir (la pépite) permet aux consommateurs de reprendre le pouvoir.

Enfin, une autre dimension ne doit pas être négligée. Il s’agit de celle, en vogue, de la « consommation de signes de déconsommation ». Le soutien aux AMAP, l’achat de paniers paysans, la consommation de vins bio, s’inscrivent dans ce besoin de consommer autrement, différemment, tout en affichant des valeurs profondes… ou moins. Le supermarché coopératif et participatif, La Louve, qui s’installe à Paris, surfe sur cette tendance.

 

CONSOMMER EN « EXPERT SACHANT DÉGUSTER »

Si manger est vital, s’alimenter est de l’ordre du confort et déguster est de l’ordre du plaisir. Pour le dire autrement s’alimenter est de l’ordre de la subsistance, et le plaisir/la dégustation est de l’ordre de l’existence. Car le plaisir se mérite, il est le fruit d’un apprentissage. Le sentiment de satisfaction est atteint quand les efforts fournis trouvent leur récompense. Cela dépasse de très loin la simple notion de confort qui ne nécessite aucun investissement particulier.

Ainsi en est-il pour l’alimentation et la boisson. La dégustation « en expert » est le fruit d’un long apprentissage, d’une véritable montée en compétence culturelle, gustative, cérémoniale et lexicale.

Apprendre à déguster un vin nécessite de la rigueur, de la méthode, des connaissances techniques diverses. Dans le même ordre d’idées, devenir gastronome ne s’improvise pas. Les apprentissages sont à la source du bonheur de la dégustation. Les marques, les coachs individuels, les ustensiles connectés surfent sur ce marché de l’économie de la connaissance.

 

Foire de Paris

29 avril – 10 mai 2015  Paris expo Porte de Versailles, 75015 Paris

Tous les jours de 10h à 19h

Nocturne le vendredi 8 mai jusqu’à 22h pour la Fête de la Gastronomie (pavillons 3, 5.2, allée centrale, food trucks).

 

PHOTOS CHEFS ©APFOUCHA   pour Foire de Paris

A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

dix-huit − treize =