fbpx

Par

le boudin pommes purée... à faire soi-même!

La crise ? Quelle crise ? Au Bouillon Chartier, institution parisienne du 7 rue du Faubourg Montmartre (9e) on ne pose pas la question : la crise n’existe pas. Il faut dire que ce restau popu où il faut faire la queue avant d’entrer est assez unique en son genre. L’endroit qui semble être resté « pur jus » depuis des lustres, n’a pas attendu la baisse du pouvoir d’achat pour surfer sur la vague des petits prix. C’est même la meilleure des spécialités maison. Ici les entrées sont le plus souvent à moins de 5 €, les plats tournicotent autour des 10 €, le fromage entre 3 et 4 et les desserts entre 2,50 et 4. Bref, ce hall de gare rétro est une aubaine pour beaucoup. Mais en dehors de ces considérations ? L’adresse vaut-elle vraiment le coût ? C’est à voir. Il y a de la cantoche dans l’air avec la salade verte mélangée, le hareng pommes à l’huile (un filet qui avait nagé en surface) et les côtes d’agneau grillées et leurs pauvres frites. Le confit de canard semblait sec. Question posée à mes voisines qui accompagnaient la pauvre bête d’une carafe d’eau servie dans des verres en Pirex chauds, il l’était. Les pommes de terre qui l’accompagnaient valaient mieux… mais bon. Est-ce que tout ça méritait de faire la queue ? Le boudin noir pomme purée est arrivé avec des pommes de terre cuites à l’eau qui n’avaient pas eu le temps de passer à la moulinette, le bleu d’Auvergne avait un peu tendance à transpirer et la coupe Mont Blanc (crème de marron Chantilly) tenait son rôle… Et, c’est un détail qui compte, la baguette n’était pas bonne du tout. Mais pas du tout. On récapitule : un cadre étonnant qui mérite le coup d’oeil, une ambiance extrêmement bruyante qui interdit toute conversation intime (sauf avec les voisins), un service pas de charge (mais agréable, rien à dire), des additions de récession faites  au crayon bille sur la nappe en papier (le serveur zappe quand on lui parle de TVA et d’addition plus élaborée), des vins pas trop couteux et –en dehors de l’inévitable Marionnet- pas trop mémorables non plus… Bref, on se demande ce que l’on est venu faire dans cette galère pour touristes en quête de légendes. Tu as voulu voir Chartier et  tu as vu Chartier ? OK. C’est fait et on ne m’y reprendra plus . Cela dit, les institutions ont un pouvoir hypnotique qui leur permet de perdurer et je pari tout ce que vous voulez que celle-ci me survivra.

Entre 15 et 20 € par personne, boissons comprises (et verre à eau en Pirex pour la bière).

Chartier 01 47 70 86 29

A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

trois × trois =