fbpx

Par

   equipe

Un bistrot parisien qui ne se prend pas pour autre chose qu’un bistrot ? Qui ne sur-joue pas sa partition ? Qui ne vous assomme pas davantage au moment de l’addition ? Oui, ça existe. Le bistrot d’André – jolie table proche de la Porte de Versailles- où m’invitait ce soir le plus mondain des nigériens de Paris –l’inévitable Daouda Harouna- en fait partie. Vous y apprécierez tout comme moi la déco qui fait de l’œil au grand André Citroën, l’accueil sans façon et la carte pleine de vérités simples. A l’image d’un œuf mayo digne du prix décerné par Claude Lebey depuis des siècles (5 €), d’une terrine campagnarde maison riche en goût, d’une joue de porc et pomme de terre écrasée ou d’un rognon de veau grillés au lard. Quatre plats simples qui donnent envie de revenir, tout comme le franc Gaillac d’Emmanuel et Ségolène Mangeais proposé à 22 € la bouteille.  Belle terrasse pour les beaux jours et formules attractives au déjeuner.

Carte : compter 35 € ss vins

Le bistrot d’André  232 rue Saint-Charles  75015 Paris

Téléphone: 01 45 57 89 14

A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

onze + dix-huit =