fbpx

Par

 

Lecoq Gourmand est partenaire de la 4e Fête de la Gastronomie

Comme chacun sait, Laurent Fabius, notre ministre des affaires étrangères également en charge du tourisme, a décidé de faire de la gastronomie un des piliers de la conquête touristique de la France à travers le monde. L’idée est bonne et ce n’est pas Lecoq Gourmand qui reprochera à un ministre d’avoir réalisé l’impact que pouvaient avoir notre gastronomie et notre viticulture auprès des touristes étrangers. Cela dit, M. Fabius n’est pas arrivé dans un désert où rien n’avait jamais été fait et il nous semble qu’il aurait pu en tenir compte. Ne serait-ce lorsqu’il s’est agi de lancer Goût/Good France qui, le 19 mars prochain, devrait réunir plus de 1000 chefs sur 5 continents pour célébrer l’excellence de la cuisine française. L’idée est bonne, bien-sûr. Mais pourquoi diable ne s’est-elle pas inscrite naturellement dans la Fête de la Gastronomie ? Ce rayonnement à l’international est inscrit dans son ADN* et personne n’ignore que Sylvia Pinel en avait fait une de ses priorités alors qu’elle était ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme. Personne ne peut ignorer davantage qu’elle a été suivie depuis et avec une belle énergie par Carole Delga.

1000 Chefs, 1000 Menus sur 5 continents

 

Victime des réseaux d’influence ?

La Fête de la gastronomie ne se contente pas de programmer des packages touristiques sur les 3 jours que dure l’évènement, mais elle rayonne aussi à l’international où en 2014 pas moins de 232 manifestations ont été organisés dans 25 pays. On se dit donc que Good France aurait pu compléter idéalement cette Fête qui, avec peu de moyens, a réussi un bien jolie percée au plan national avec  9300 évènements pour l’édition 2014, ce qui n’est pas rien. Mais le plus étonnant n’est pas là. C’est qu’aujourd’hui Monsieur Fabius s’ingère dans les affaires du ministère de la culture en annonçant sa volonté de transformer La Journée du Patrimoine en « Journée des Patrimoines » : par « des », entendez que s’y ajoutent la gastronomie et le vin. Et c’est ici que l’on s’interroge : a-t-il l’intention d’y fondre La Fête de la Gastronomie ? Si tel était le cas, ce serait à notre avis un sale coup porté à la gastronomie qu’il prétend défendre. Un sale coup pour le public aussi qui s’est emparé de cette belle fête populaire, et que l’on voit mal se partager le même week-end entre la visite de monuments et sa participation à des manifestations culinaires. Un sale coup enfin, pour cette Fête qui paye peut-être ici son indépendance, puisque contrairement aux autres manifestations gastronomiques programmées en septembre et en octobre, elle échappe totalement aux réseaux d’influence (industrie agro-alimentaire et privés) qui ont vu son succès d’un mauvais œil.

Faut-il compter sur Fleur Pellerin, notre actuelle ministre de la culture, pour tenir tête à Laurent Fabius dans cette opération très particulière ? Les artisans de La journée du Patrimoine qui pourraient ne pas apprécier ce mélange des genres ne devraient pas tarder à monter au créneau. Seront-ils entendus ?  A l’évidence, les amis de la Fête de la Gastronomie vont devoir se battre pour qu’on n’étouffe pas leur évènement. Car vraiment, la gastronomie française mérite bien d’être célébrée pendant 3 jours, rien que pour elle.

  • La Fête de la Gastronomie 2014 à l’étranger…

Le millésime 2014 s’est exporté à l’international pour faire découvrir le patrimoine gastronomique et les savoir-faire français avec le soutien d’Atout France, de la Fondation Alliance Française et de l’Association des Cuisiniers de la République. Le Comité des Fêtes français d’Almaty au Kazakhstan, par exemple, a organisé trois journées d’animations et de festivités dans la principale ville du pays. La Chambre de Commerce et d’Industrie de Roumanie a piloté une Fête de la gastronomie à Bucarest impliquant de nombreux acteurs français de la ville. De nouvelles opérations ont été imaginées chaque par ailleurs en Italie, aux Etats Unis, au Liban, au Venezuela, au Brésil, en Lituanie ou encore au Japon… Au total plus de 230 projets et évènements à l’étranger qui ont été référencés sur le site de la Fête de la Gastronomie.

DU NOUVEAU SUR CE SUJET

Le site Atabula est revenu sur cette question aujourd’hui avec un article qui permet de comprendre un peu mieux ce qui se trame dans les coulisses des ministères

http://www.atabula.com/fabius-delga-et-ducasse-la-fete-de-la-gastronomie-est-en-danger/

A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

4 × un =