fbpx

Par

 

 

En matière de restauration il y a les bonnes tables et ce que j’appelle les bonnes maisons. La différence ? Un supplément d’âme qui vous donne envie de revenir, voire de prolonger l’instant parce qu’il flotte dans l’air, invisible, ce petit parfum d’humanité qui vaut tout autant qu’une bonne sauce. Rassurez-vous, ce préambule ne cache pas une rosserie et toutes les sauces sont parfaites chez S’Musauer Stuebel… qui est « mon adresse » pour ce week-end.

Située en périphérie de Strasbourg, dans un ancien hameau d’une vingtaine de maisons ouvrières du 19e siècle, cette adresse, déjà bien connue des strasbourgeois, a le mérite de sortir des sentiers battus. Je la recommande sans la moindre hésitation à tous ceux qui cherchent ici le restaurant idéal où se faire plaisir sans manière et sans pour autant jouer du coude à coude dans un des winstubs sonores du centre-ville. D’abord parce que les propriétaires, Christophe Fischer et Marco Heimlich, sont deux passionnés de cuisine qui pratiquent autant le sens de l’accueil et que celui des cuissons justes et qu’ils savent prendre le temps de créer l’atmosphère qui va bien, avec un mot d’humour, une anecdote.

On ne balaie pas sous votre table aussitôt le dernier café servi et c’est appréciable. Ensuite, parce que je suis sûr que vous apprécierez tout comme moi la déco chaleureuse, presque bucolique avec ses objets chinés, ses beaux bouquets et ses tables joliment dressées. Enfin, parce que les propositions affichées au menu sont renouvelées chaque jour en fonction du marché et des envies du chef, Christophe Fischer. Ici, les produits sont simples mais pas toujours, ils sont frais exclusivement et apprêtés avec ce qu’il faut de légèreté et de générosité dans l’assiette. C’est bien simple : on a l’impression d’un repas du dimanche chez un bon copain qui aurait cuisiné pour vous faire plaisir.

Au hasard, vous y retrouverez d’excellentes rillettes de sardines, un pâté en croute de belle tenue, un foie gras parfaitement traité, quelques plats bourgeois comme la tête de veau ravigote, le suprême de volaille façon Rossini, des champignons frais en accompagnement, peut-être des noix de Saint-Jacques accompagnées de pommes de terre écrasées à l’huile de truffe et souvent des suggestions plus locales comme les lewerknepfles, les fleish kiechele et les tartes flambées en soirée. Les desserts sont traités avec ce même amour du travail bien fait : mousse de mascarpone au café et toujours d’excellentes tartes aux fruits. C’est vraiment la maison à connaître. Et à découvrir entre amis.

S’Musauer Stuebel  11, rue Murbach  67000 Strasbourg   Tél. 03 88 39 39 98  Carte : 35-50 €

Les photos sont de Sandrine Kauffer du Journal de Julien Binz, notre « site partenaire » en Alsace.

 

.

A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

douze − 10 =