fbpx

Par

La coutellerie est née à Thiers, il y a plus de 6 siècles. Pour conserver la mémoire de cette tradition, un musée est ouvert depuis 1982. Installé sur deux sites, dans le centre ancien de la ville, il présente l’histoire sociale et économique de la coutellerie thiernoise et aborde celle du couteau. Plus qu’un musée traditionnel, il abrite des ateliers de démonstration et de fabrication où les artisans élaborent des pièces de coutellerie haut de gamme. Présentation.
Imaginé à partir d’une vaste collection, le musée est doté d’un fond cohérent autour de la coutellerie. A cette vitrine du savoir-faire thiernois est adossée une véritable unité de production accueillant des couteliers de renom.
Une politique d’acquisitions alliant achats, réceptions de donations prestigieuses et collectes de fonds d’ateliers a également permis, de donner aux lieux une vocation universelle.
Aussi, on peut y observer des couteaux par centaine, des chefs d’œuvres, rares et uniques du XVIème siècle à nos jours. Le musée se définit comme celui de la coutellerie, mais également comme le musée du couteau ; cet objet dont on essaie de montrer l’évolution. Cet instrument, à la fois outil et objet d’art, touche à des domaines multiples, comme la table, le costume, les métiers, la création contemporaine…
Histoire du couteau
Bien qu’inventé à l’époque romaine, le couteau fermant ne fait son apparition dans la vie quotidienne qu’à partir du 17e siècle. Son développement est à mettre en relation avec l’évolution de la société et notamment de la mode vestimentaire (apparition des poches dans le costume masculin à la fin du règne de Louis XIV) et l’évolution des manières de table (prise de conscience d’une certaine hygiène, obligation d’avoir un couteau personnel pour manger, même en voyage).
Dans les classes aisées, il est de bon ton de manger avec un couteau à deux lames : une d’acier pour les matières dures comme la viande et le pain, une d’or ou d’argent (matériaux inoxydables) pour les fruits.  L’invention du ressort au 17e siècle, pièce essentielle du couteau, va permettre le verrouillage et le déverrouillage de la lame en toute sécurité. Les couteliers rivalisent alors d’ingéniosité pour imaginer des mécanismes très complexes et sophistiqués comme le couteau à secret. Ils s’ingénient également à rajouter toute une série d’accessoires (fourchettes, tire-bouchon, cure dents, tire- moelle, ciseaux) pour former un ensemble qui n’a rien à envier aux couteaux suisses actuels (couteau commandé par Louis XVI).
Au 19e siècle, Thiers s’affirme comme mono-industrie. Une multitude de modèles aux noms évocateurs de formes, métiers, régions et fabricants inspirent la production. Avec les couteaux « fantaisie », les Thiernois se sont acquis une certaine réputation. Petits couteaux de formes diverses ou curieuses, ils sont destinés à la publicité et vendus à prix modiques.
Aujourd’hui, Thiers est toujours la capitale de la coutellerie et produit environ 70% des articles tranchants français. Derrière ce terme se cachent divers objets : couteaux fermants, couteaux professionnels, mais aussi cutters ou lames de robots ménagers… Environ 60 millions de pièces sortent chaque année des usines et ateliers. Celui-ci compte une centaine d’entreprises dont 60% à caractère artisanal (moins de 10 salariés) ; le mode de fabrication diffère selon la taille de chaque entreprise et sa politique commerciale.
Le savoir-faire et la maîtrise des couteliers s’expriment également lors du salon international Coutellia. Vitrine de la coutellerie d’art à Thiers, cette manifestation reconnue permet à  centaine de couteliers venus des  3 continents d’exposer leurs pièces et trouver un véritable marché auprès de collectionneurs passionnés, ou auprès de divers secteurs du luxe, de l’hôtellerie par exemple.
COUTELLIA 2013
Ouverture aux visiteurs : le 18 mai : de 9 h  à 18 h ; le 19 mai : de 10 h à 18 h –  10 € la journée ou 15 €  pour les 2 jours // Tarif groupe 5€ / personne à partir de 10 personnes. Gratuit pour les enfants de moins de 15 ans – Entrée donnant droit, durant tout le week-end, à la visite gratuite du Musée de la Coutellerie et de l’Usine du May. Organisateur : – CCI Territoriale du Puy-de-Dôme – Délégation de Thiers
A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

17 − trois =