fbpx

Par

De tout temps, la viticulture française a rassemblé des vignerons étonnants qui tiraient leur Appellation vers le haut. Henry Marionnet fait assurément partie de ses personnalités. Son nom –désormais indissociable de la Touraine- est une référence. Familières des grandes tables, ses différentes cuvées font depuis longtemps le bonheur des amateurs de vins francs, naturels et fruités.

Situé à une trentaine de kilomètres au sud de Blois, le Domaine de la Charmoise se taille une bien jolie réputation qui dépasse de très loin les frontières de cette Appellation méconnue ou plutôt mal connue. Propriété d’Henry et de Jean-Sébastien Marionnet, ce Domaine qui s’étend aujourd’hui sur 60 hectares a été complètement replantée entre 1967 et 1978 ; pour l’essentiel de Gamay noir à jus blanc pour les vins rouges et de Sauvignon pour les vins blancs.  Présentant une homogénéité certaine, le vignoble qui entoure les maisons d’habitation, les caves et des locaux de réception, offre l’image rassurante d’une propriété familiale prospère et installée. Le site témoigne non seulement de l’histoire Domaine et de son évolution, mais il en émane une sorte de droiture et de franchise qui correspond bien à la personnalité d’Henry Marionnet.

« MON BOULOT CONSISTE A FAIRE DU BON VIN »

Svelte, alerte, le regard perçant et le verbe précis, Henri Marionnet, même s’il s’en défend, est la valeur ajoutée de cette propriété qu’il a façonnée à son image. « Mon boulot, dit-il modestement, a consisté à faire du bon vin et surtout des vins différents des autres, des vins de bonheur, de plaisir… ». C’est un résumé un peu court lorsque s’attarde sur le parcours de cet homme qui a hérité de son père d’un vignoble à reconstruire entièrement et qui, grâce à son ingéniosité –  la mise au point à ses débuts d’une méthode de plantation sur film plastique qui permet de réduire le soin apporté aux jeunes plants- a pu s’agrandir en rachetant parcelle après parcelle.

DES RAISINS IMPECCABLES 

Passionné, vinificateur remarquable –il a inventé la fermentation intracellulaire sous CO-, Henry Marionnet a su jouer avant tous les autres la carte des vins naturels. Des vins non trafiqués, fruits de la nature et tirant le meilleur parti du terroir… Une approche qui demande une vraie connaissance de la vigne, des sols, du climat, des cépages et des méthodes de vinification. Un vrai sacerdoce aussi ! Car Chez Marionnet, cette « science » s’applique à chaque étape. Pendant les vendanges, nous explique Henry Marionnet, «  Cela consiste à cueillir le raisin à la main, dans des petits plateaux. On les dispose en deux couches ou trois au maximum, de manière à ce qu’ils ne soient pas abimés… Il faut surtout que les grains soient impeccables et triés. Si un raisin est trop vert, il est enlevé : nous faisons comme si nous allions le revendre à l’épicerie. »

UNE METHODE DE VINIFICATION PARFAITEMENT MAITRISEE

photos Romain Benoit

S’ensuit la méthode de vinification et notamment pour les rouges qui ont fait la notoriété du vignoble. Lorsque le raisin arrive en chais, les paniers sont vidés dans des cuves saturées de gaz carboniques. La fermentation, qui s’effectue dans chaque grain de raisin, fait qu’au bout de 5 ou 6 jours «  vous n’avez plus un grain de raisin mais un grain de vin à l’intérieur de la cuve », commente Henry Marionnet. « Sous l’effet de la fermentation, précise le vigneron,  le sucre s’est transformé en alcool et les aromes qui étaient dans la pellicule du raisin son passé dans le jus. La peau est décolorée. Mais comme ce «  grain de vin » contient encore un peu de sucre, on le presse et le jus fini sa fermentation dans les jours qui suivent. Tout se fait naturellement sans rien. On met un tout peu de souffre dans les cuvées classiques et pas du tout dans les « Premières Vendanges »,  cuvée que je réalise depuis 1990 et qui est un vin complétement pur.  C’est extrêmement délicat à faire, car en quelques heures le raisin peut tourner en vinaigre et vous pouvez perdre toute la cuve même en la surveillant de près ! Cela arrive : pas chaque année heureusement ! » Si tous les rouges sont vinifiés de cette façon, il n’y a pas de règle particulière pour les blancs : le vigneron s’adapte aux conditions de l’année. Selon l’acidité, l’égrappage… c’est en fonction du moment, du ressenti. Le principe étant toujours le même : il s’agit pour Henry Marionnet de faire des vins très fruités de la façon la plus naturelle possible.

(à suivre…)

Le Domaine de la Charmoise – 41230 Soings-en-Sologne – Tél.  33 (0) 254 987 073 – Fax : 33 (0) 254 987 566   www.henry-marionnet.com

A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

trois × 2 =