fbpx

Par

 

Philippe Emanuelli

Philippe Emanuelli

Imaginé en 2011 par Philippe Emanuelli, chef du Café des Spores à Bruxelles, Supersec est né d’un constat tout simple : le produit séché n’est pas un pis-aller du produit frais, mais plutôt une version amplifiée de ce produit. Vrai pour les champignons, mais pas seulement.  Car c’est toute une philosophie du « Bon à manger, bon à penser » entre écologie, économie durable et saveurs accrues, qui est développée sur le site internet de la jeune entreprise.  « Pour sélectionner les meilleurs champignons possibles, écrit en substance Philippe Emanuelli, avons donc trouvé des super sites dans différents endroits du monde où le niveau de biodiversité est optimal, et établi des contacts locaux pour mettre en œuvre les moyens techniques d’exploiter cette productivité et cette diversité naturelle sans les affaiblir. »Supersec Boite HD

Les techniques de séchage notamment ont fait l’objet de nombreux essais. La société belge qui s’est attaquée au marché Français il y a huit  mois, s’est déjà fait remarquée pour ses champignons diffusés dans une quarantaine d’épiceries fines. « Nous proposons deux gammes, commente Xavier Denis, responsable commercial. Une gamme premium avec une présentation dans des boites en carton sérigraphiées (40 à 50 g pour les champignons) et une gamme avec des contenants plus petits et moins chers. Aux cèpes, chanterelles, morilles et autres merveilles de la forêt, Supersec a ajouté des purées (aux cèpes, aux orties…), des pâtes grillées (qui se préparent comme un risotto) et des algues. Et elle ne compte pas en rester là : des fruits séchés en provenance du Rwanda (ananas, bananes) et des couscous vont lui permettre, dans les semaines qui viennent, de conforter sa place de concepteur de produits secs, exclusifs et haut de gamme.

www.supersec.com

A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

15 − huit =