Par

J’avais visité cette adresse montmartroise en 2013. C’était sans prétention mais vraiment sympathique et je vous avais signalé ce bistrot, rue Tholozé dans le 18e. Je l’avais également mentionné dans le magazine Tentation. Je ne le ferai plus.

J’ai toujours pensé que les critiques de restaurants qui circulent ici et là sur la toile devaient être marquées d’une date limite de consommation. J’en ai eu encore la confirmation ce 21 décembre en me rendant avec un ami au restaurant Le Petit Parisien à Montmartre… Où je n’ai pas retrouvé de ce qui m’avait plu. En dehors du décor. Accueil sans âme ni chaleur, menu du soir (24 €) sans solution de repli et carte sur l’ardoise qui vous annonce à l’avance une addition dont on n’a pas envie. En tout cas, pas ici. J’ai donc choisi le menu, son avocat crevettes, sa cuisse de canard rôtie purée de pomme de terre et le dessert imposé. Avec une bouteille de Merlot à 22 €. Non seulement la prise de commande s’est faite sans grâce – cela devient pénible à Paris-, mais lorsque s’est présentée la cuisse de canard : impossible de la manger. Pas assez cuite, viande trop dure. On demande donc, avec des fleurs dans la bouche pour ne pas se faire jeter, à la serveuse de nous proposer autre chose. « Pourquoi pas, répond-t-elle, mais il faudra payer le plat ». Bof. Elle insiste, nous aussi, elle va voir le chef qui déboule en nous expliquant qu’il ne comprend pas : notre canard est cuit à la goutte de sang, pour lui, pas de problème. Il va le remettre au four quelques minutes. Faute d’alternative, nous acceptons.

Pas un mot d’excuse

Mais la viande dure est restée dure. Sans doute trop jeune, pas assez maturée… Car oui, le canard doit avoir attendu un minimum avant d’être cuisiné. On le laisse donc dans l’assiette, les nouveaux couteaux n’y ont rien changé. Pas un mot d’excuse. Déboule le dessert et l’addition, plein pot. 70 € pour deux. Pas si grave me direz-vous, mais pour un avocat crevettes et un dessert (pana cotta)… l’impression de s’être fait enfler n’en n’est plus tout à fait une. Et c’est là qu’on se dit qu’il y a un problème… Un gros problème même. Deux clients de bonne composition expriment leur mécontentement et personne ne fait rien. Pas un geste – un petit bout de fromage offert aurait suffit d’autant que le pain servi était bon-, pas une ouverture pour sortir de la crise. L’adresse est bien notée sur Tripadvisor ? Cela confirme ce que je pense également. Les commentaires, généreusement partagés par une clientèle de bonne foi (pas toujours), ne sont pas fiables. Ils n’engagent que des anonymes qui ne verront pas leur audience s’effondrer si ils se trompent. En sortant de ce bistrot décevant, j’ai pris la direction du Chinon, rue des Abbesses. Ayant faim, j’ai tenté une crêpe caramel beurre salée… vraiment pas terrible, décidément. Mais là au moins, le sourire des serveurs à fait passer la pilule : 18,70 € pour un café, un verre de Chinon, une crêpe caramel  et une autre au sucre, ça fait beaucoup. Ca fait en tout cas 100 euros de mis à la poubelle pour la soirée. Et encore, je ne compte pas les taxis !  Et l’Alka Seltzer.

PS/ Je viens de lire la réponse faite par le propriétaire de cette maison à mon voisin de table qui a posté sur un site d’avis en ligne un commentaire assez critique (mais juste) sur ce restau. Incroyable! Nous lui aurions demandé un repas offert !!! Et puis quoi encore ? Pourquoi pas les deux ? Non, nous avons juste demandé un plat mangeable… ce qui reste raisonnable. Et effectivement, quand la serveuse nous a annoncé qu’il serait facturé nous y avons renoncé…  pas plus, pas moins. Le jour où je commencerai à demander des gratuités sous le prétexte que je suis journaliste n’est pas arrivé, chacun le sait. Cette réponse pathétique est juste diffamatoire. J’en prends note. Cela dit, un repas raté ça arrive et ce n’est pas un drame… Ce restaurant m’avait plu (l’article positif est du reste en ligne sur le site de restau); une nouvelle visite m’a conduit à changer d’avis… Et alors ? Il aurait fallu que je le cache à mes lecteurs ? Ce n’est pas le genre de la maison.

 

A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

1 × 3 =