fbpx

Par

IMG_1756 nogentlerotrou01

 

Ancienne province française, le Perche est depuis longtemps – avec la Normandie voisine- le coin de campagne préféré des parisiens. Apprécié des adeptes du tourisme vert, la destination est idéale pour une parenthèse bucolique et gourmande.

Vingt petites minutes après Chartres et sa plaine monotone, il suffit de sortir de l’autoroute à hauteur d’Illiers-Combray et de parcourir encore quelques kilomètres en direction de Brou pour oublier la Beauce et deviner le Perche : belle province rurale où se découvrent en chemin une succession de petits villages qui racontent peu ou prou la même histoire autour d’un fier clocher, d’un château ou d’un lavoir en bordure de rivière. C’est la France carte postale, celle où sont permises les randonnées en forêt et les promenades à vélo, même si le relief vallonné réserve parfois aux mollets de sacrés défis. On peut y flâner de marchés (celui du mercredi à Brou vaut le détour) en châteaux-musées (Nogent-le-Rotrou), s’adonner à la chasse, à la pêche, à la paresse et même à la cuisine. Ici, la douce France tendance aristo  prend des allures de territoire préservé de la modernité oppressante et du bling bling tapageur. C’est même tout le contraire. Un état d’esprit qu’ont parfaitement capté Elisabeth et Laurent Simon en transformant le Domaine de Ferchaud, un ancien moulin situé sur la commune d’Unverre, en chambres et table d’hôtes.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un moulin élégant et gourmand

Planté dans un parc de verdure traversé par un bras de rivière et doté d’un petit étang poissonneux, Le Domaine de Ferchaud  est situé sur une ancienne route royale qui relie Chartres à la ville du Mans. Adresse discrète et raffinée, cette maison du 17e entièrement restaurée en 2009 propose trois chambres confortables au décor imprégné d’Ecosse particulièrement réussi avec boiseries, belle literie et bibelots bien choisis. Au-delà des chambres au standing 4 étoiles, la piscine et quelques espaces (orangerie…) permettent de se ressourcer au calme. Mais le « must » au Domaine c’est la cuisine, le superbe joujou du maître des lieux, Laurent Simon, qui s’avère être un passionné de gastronomie et de vin. Intarissable sur le sujet, ce généreux taillé comme un joueur de rugby se transforme dans cette pièce en funambule inspiré toujours à la recherche du petit « plus » qui fera différence.

La table d’hôtes qui s’appuie sur une cave remarquable –avec, notamment, de très belles références alsaciennes (vins, alcool)-  est donc incontournable. L’atmosphère est naturellement familiale et de bon goût et la table avec vue sur les fourneaux se partage sans que cela pèse nullement. Elisabeth et Laurent ont un véritable don pour l’accueil et en plus d’être des hôtes de qualité, ils se révèlent être des guides attentifs et précieux.

JJJ pour tentation

Retour transformé pour Jean-Jacques Jouteux

A quelques kilomètres de là, sur la petite commune de Montigny-le-Chartif, Jean-Jacques Jouteux a réussi son come-back de star des fourneaux. Et il fallait oser ! Divisé en 2 espaces – Le Cercle et le Café Dao-, Le Saint-Pierre se présente comme une maison à la façade discrète dont l’intérieur surprend invariablement. Un rien bobo, l’espace bistrot joue la convivialité de bon aloi sur le mode bar à vin (petits prix et formule à moins de 15 € au déjeuner) tandis que la salle du Cercle, avec pas plus de quatre tables élégamment dressées, prend des allures de salle à manger théâtralisée. Au mur, la plus grande des toiles – un collage décollant- est signé du maître des lieux. Un clin d’œil pour nous dire que nous sommes ici chez un artiste hors catégorie. Et c’est bien le cas. Renouvelée chaque jour en fonction du marché, le menu-carte (28€ en semaine, 48€ le week-end) est à chaque fois un enchantement : asperges blanches de Saumur rôties et vinaigrette de foie gras, lapin de clapier et légumes de saison confits, homard bleu beurre noisette et petits pois à la française. Précis, clairvoyant et diablement efficace chaque plat est comme une leçon de  cuisine. Qu’il revisite de grands classiques ou qu’il imagine de nouvelles conjugaisons de saveurs, Jean-Jacques Jouteux est étonnamment, à 70 ans, à son apogée. La presse (superbe article de Philippe Couderc en avril dernier dans Challenges), les guides (Fooding, Michelin…) ne s’y sont du reste pas trompés. Ajoutons seulement qu’avec les beaux jours, un jardin protégé permet désormais de déjeuner ou diner en extérieur.

La bonne adresse de Thiron-Gardais

Sous les feux de l’actualité locale depuis que Stéphane Bern y restaure le magnifique Collège Royal et militaire qu’il a acheté dans le village, Thiron-Gardais est connu pour son Abbaye de la Sainte-Trinité et sa dizaine de jardins thématiques répartis sur 4 hectares. Avant ou après la visite, le restaurant La Forge est l’endroit où réserver sa table. Agréable déco rustique avec poutres et cheminées, quelques tables dans le jardin : l’adresse propose trois menus (de 13,50€ à 35€) où la cuisine soignée du chef Jean-Pierre Martin – petites charlottes farcies au pied de porc fermier, poisson rôti aux parfums d’Orient et semoule de couscous…- est celle d’un vrai professionnel qui ne trompe pas son monde.

chateau de Frazé

Un programme à composer

Randonnées à travers champs ou dans les bois, les possibilités ne manquent pas, à pieds,  à bicyclette ou à cheval : votre week-end peut se transformer en mini-cure de remise en forme au contact de la nature. Il vous est même possible, au départ de Saint-Denis d’Authou  d’envisager une virée accompagné d’un âne (Perch’Ane- Tél : 02 37 49 40 12) ; ce qui, avec des enfants, risque fort d’être une expérience inoubliable. Plus généralement, pensez à préparer vos sorties en visitant des sites comme www.123randonnee.fr  où l’on vous propose d’organiser ces échappées en fonction de vos propres critères. Châteaux, manoirs, églises, musées : le Perche est également une destination au patrimoine historique riche et varié. C’est le moment d’en profiter en se fixant quelques objectifs proches de votre lieu de résidence. Entre Unverre et Montigny le Chartif, le Château de Frazé fait partie des sites à visiter. Vous apprécierez son magnifique parc à la française tout comme le spectacle saisissant d’un château défensif médiéval avec douves sèches, mâchicoulis, pont-levis, orné de décoration gothique flamboyante et foisonnante. Petite commune, mais commune dynamique grâce à l’engagement de Brigitte Pistre (madame le maire) : Frazé s’est également engagé dans la restauration de son église qui mérite d’être vue. A 24 kilomètres de là, le Château-musée de Nogent le Rotrou (capitale du Perche) offre un autre coup d’œil, encore plus imposant. Le monument qui a connu la Guerre de cent ans abrite depuis 1959 un musée qui permet de découvrir l’architecture et l’histoire artistique  de la région. Le deuxième étage abrite le musée sur la vie du Perche au XIXe siècle. Les collections permanentes ont trait à l’histoire du château (documents, gravures), à l’histoire économique (étamines, tanneries, chapelleries), à la vie rurale (agriculture, vie quotidienne, mobilier) et industrielle du Perche (céramique, verrerie). A Brou, c’est la Place du Marché et ces maisons du 15e siècle à pans de bois qui valent le détour. A Unverre, c’est un musée école qui reconstitue une salle de classe rurale du début du siècle et évoque en même temps la maison de l’écolier, la lessive d’antan, les vêtements vers 1900, l’histoire du blé dans le Perche Gouët, la ligne de Tramway Bonneval-Nogent-le-Rotrou… Un sympathique voyage dans le passé empreint d’une douce nostalgie. Le Perche – la région s’étend sur 5 départements- vous réserve naturellement bien d’autres surprises à découvrir sur place ou en amont, en visitant unweekenddansleperche.fr sur la toile.

B.L

Les adresses

Le Domaine de Ferchaud (chambre à partir de 115 €)

Moulin de Ferchaud  28160, Unverre

Tel:   +33 237 479 310  Port: +33 686 353 058

Le Saint-Pierre à Montigny

2 Rue d’Illiers, 28120 Montigny-le-Chartif

Tél : 02 37 26 21 80

La Forge

1 Rue Alfred Chasseriaud, 28480 Thiron-Gardais

Tél : 02 37 49 42 30

 

 

 

 

A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

seize − 6 =