fbpx

Par

Hausse de la TVA chez les restaurateurs ?

Le sujet est sur toutes les lèvres et il faut bien dire que l’on entend un peu n’importe quoi sur cette nouvelle augmentation annoncée de la TVA dans la restauration

D’abord, toutes les explications que l’on veut bien nous donner sur les restaurateurs qui auraient plus ou moins joué le jeu (baisse des prix, création d’emploi) est pure foutaise. En augmentant ce taux de TVA de 7% à 12 ou 19,60%, l’Etat ne fait qu’augmenter les impôts indirects (le différentiel entre les 5,5% sur l’essentiel des marchandises achetées par les restaurateurs et la revente) de façon arbitraire et assez partisane : les restaurateurs étant une profession (petits patrons) réputées de droite.

Que l’état augmente les impôts c’est une chose, mais qu’il nous épargne les leçons de moral sur tel ou tel comportement.

Il faudra ensuite qu’il assume car, au final et personne n’en doute, c’est naturellement le client qui va payer cette augmentation de sa poche et personne d’autre. Et c’est aussi, au final, le citoyen ; qu’il soit client ou pas.

Les restaurateurs, eux, auront beau jeu de se dédouaner des engagements pris lors de la réforme voulue par le président Sarkozy.

La profession qui souffre plus qu’on le dit –même si certains s’en sortent très bien- va donc se retrouver confrontée à un dilemme dont les conséquences seront à supporter par l’ensemble de la société.

–          Ou la hausse n’est pas répercutée et de nombreux restaurateurs se retrouveront très vite en situation de dépôt de bilan avec les conséquences que l’on sait : dettes diverses, licenciement, locaux vacants… drames personnels.

–          Ou cette hausse est répercutée et il faut s’attendre à une baisse de fréquentation, c’est-à-dire à une baisse du chiffre d’affaires… Avec des conséquences qui sont là encore connues de tous. Moins de chiffre d’affaires, c’est aussi moins de TVA pour l’Etat !

Par quelle opération du Saint Esprit le gouvernement peut-il espérer que cette mesure n’aura pas de conséquences négatives ?

Non seulement il n’encaissera jamais le supplément de recette sur lequel il base sa réforme, mais il lui faudra en payer les pots cassés. Et nous avec.

Et les Français qui auront été obligés de revoir leurs sorties « restau » à la baisse auront toutes les bonnes raisons de s’agacer.

La baisse de la TVA dans la restauration traditionnelle était une mesure de justice fiscale. Elle a sauvé de nombreuses entreprises, de nombreux emplois à une époque où les remises aux normes constantes imposées par Bruxelles plombent la rentabilité des entreprises du secteur.

Elle a également permis à une profession de mieux gagner sa vie… Et de mieux rémunérer son personnel. A cette époque de chômage galopant, il n’aura échappé à personne (sauf à quelques élus) que cette profession peine à trouver du personnel compétent (modestes salaires au regard d’horaires pénibles).  L’augmentation de la TVA aura (ce n’est pas un risque, c’est une certitude) des conséquences désastreuses sur ce point. Est-ce la vocation du gouvernement que de créer du chômage ?

Bref, une grande majorité des Français se moque bien du sort des petits patrons que sont dans leur grande majorité les restaurateurs. C’est pourtant cette grande majorité de Français qui finira par payer le prix de cette réforme inutile et injuste. Comme toujours…

A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

un × 1 =