fbpx

Par

 

La nouvelle Grande Epicerie de Paris%2C Les Thes et Cafes%2C copyright DRAprès 18 mois de travaux, la Grande Epicerie de Paris a dévoilé son nouveau visage. Retour sur une rénovation très réussie.

Temple de l’épicerie fine et plus globalement de la gastronomie, La Grande Epicerie de Paris était déjà un passage obligé pour tous les gourmets en quête de nouveautés de qualité : elle offre désormais en supplément un décor scénarisé qui transforme la visite en voyage animé. Car c’est ce qui frappe en premier lorsque l’on pousse la porte du 38 rue de Sèvre : le grand magasin est habité par des artisans en action que la direction a choisi de valoriser au maximum. C’est une évidence qui se voit même de l’extérieur, depuis la rue de Sèvres et la rue du Bac, où ces métiers de bouche s’exposent aujourd’hui côté coulisses – en voit le produit en phase de transformation- sous le regard des passants. Le chocolatier moule à la commande les tablettes confectionnées sur mesure ; le pâtissier habille ses créations de finitions ; le boulanger enfourne ses pains…  A l’intérieur du magasin, l’animation se poursuit : bouchers, charcutiers, crémiers, fromagers et poissonniers bénéficient eux aussi de la même scénographie valorisante en forme de tableaux vivants avec vue sur des mini laboratoires de préparation. Par exemple, côté boucherie, les clients peuvent assister à la livraison de la viande en carcasses, son désossage, son épluchage et sa mise en maturation dans une grande armoire vitrée. Bref, la théâtralisation joue à plein.

La nouvelle Grande Epicerie de Paris%2C La Brasserie%2C copyright DR

30 000 tentations

Relookée à tous les niveaux, avec son imposante verrière ressuscitée, ses allées plus larges et ses superbes mosaïques « façon 1900 » qui évoquent chaque corps de métier et ponctuent les espaces : la Grande Epicerie a pris des allures de marché couvert. Située au centre du magasin, entre la poissonnerie et la boulangerie, la « Place du marché » en témoigne. Savamment présentés tout autour d’un fourgon Citroën Type H rutilant, des étals de légumes et de fruits d’exception dont les approvisionnements quotidiens privilégient les circuits courts et les productions françaises, donnent le « la ». Les carottes et les pamplemousses sont éclairés comme des stars, et tout donne envie. A deux pas, un double escalator permet l’accès au restaurant situé à l’étage, sous la verrière, ou au sous-sol, à la cave. C’est un des autres points forts du grand magasin. Installé sous des voutes et soigneusement rangée en régions viticoles puis en couleurs de vins, la cave mélange adroitement les références. C’est également un lieu de vie. On peut y déguster la dernière cuvée d’un vigneron de talent ; sélectionner un grand format pour une grande occasion ou l’une des 300 références de champagne pour la plupart proposées au frais. En remontant de la cave, le visiteur fait face à un spectaculaire mur de bouteilles d’eau à fond miroir. Il offre un choix unique entre plus de 100 eaux du monde. Le plaisir des yeux est constant. L’orgue à huile, les rayons traiteur (Français et Italien), la cave à fromages… Tous les espaces sont reliés par des allées garnies de produits fins (mais pas seulement) classés par famille. On est forcément impressionné par le nombre de références : 30.000 au total, en provenance du monde entier. Jouxtant la Place du marché, on remarque aussi deux comptoirs, traités en concession. Le premier s’organise autour de la truffe (Maison de la truffe) et le second, conseillé par le chef espagnol Juan Maria Arzak, autour de spécialités ibériques. Le thé et le café eux aussi ont « leur » scène en forme de magnifique meuble central doté de 96 tiroirs qui renferment chacun une variété de thé ou de tisanes. Les produits de luxe qui profitent également d’un espace dédié, sont finalement un peu partout à la fête. La qualité du sourcing qui force ici le respect est plus que jamais une des valeurs ajoutées de La Grande Epicerie de Paris, et plus particulièrement dans le domaine de l’épicerie fine où les nouveautés et les raretés ont également sont parfaitement traités. Entre tradition, produits d’exception et créativité : la Grande Epicerie de Paris reste « la » référence.

La nouvelle Grande Epicerie de Paris%2C La Patisserie%2C copyright DR

LA GRANDE EPICERIE DE PARIS EN CHIFFRES

 

  • 3 500 M2 de surface commerciale
  • Entre 8 000 et 10 000 transactions par jour
  • 1 500 M2 de laboratoires de fabrication en sous-sol dédiés à la boulangerie, à la pâtisserie et au traiteur.
  • 350 collaborateurs dont 62 artisans dirigés par 1 Directeur de la gastronomie Meilleur Ouvrier de France, 12 apprentis et compagnons du devoir…
  • 1 grand restaurant de 200 M2 et 125 couverts au 1er étage : « La Table de la Grande Epicerie de Paris »
  • 1 restaurant-bar à vins à La Cave : « Balthazar », 50 couverts.
  • 1 espace de restauration intimiste où déguster des truffes fraîches en saison, de Bourgogne, du Périgord, d’Alba…
  • 60 variétés de pains façonnés et cuits sur place, chaque jour.
  • Le meilleur de l’Italie à travers 25 variétés de pâtes fraîches, des jambons de Parme de 18 à 42 mois, des parmesans en différents affinages…
  • 140 bières de spécialité.
  • Des foies gras au poids, en 10 variétés, 365 jours par an.
  • Des caviars Osciètre, Baeri et Beluga, provenant de France, d’Italie, de Bulgarie et d’Iran.
  • Plus de 140 variétés de fromages d’Europe.
  • 8 sortes de saumon fumé de prestige à la coupe, toute l’année.
  • 550 M2 de cave offrant une sélection rigoureuse de 2 000 références de vins. Un large choix parmi 1 000 alcools et champagnes. Un caveau de prestige proposant 375 vins d’exception.
  • 300 références de thé et tisane en vrac et en libre-service.
  • 17 variétés de café.
  • 350 tablettes de chocolat du monde entier. Avec 1200 combinaisons possibles de tablettes de chocolat confectionnées à la minute, sur mesure.
  • 20 nouvelles caisses automatiques équipées d’un système de self-scanning.

* article publié dans Le Monde de l’Epicerie Fine N°4

A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

un × 1 =