fbpx

L'indécence d'une addition

12 décembre 2012  •  0 Commentaires

Par

Si, avec ce titre, vous imaginez que je sors d’une table étoilée vous faites erreur. Non, je suis allé dîner ce soir dans un restaurant chinois comme il y en a tant dans Paris…  Celui-ci s’appelle le Cathay Palace et se trouve dans le 16ème arrondissement, mais il y en a tant d’autres dans ce registre et pas que des tables étrangères. Je passe sur la qualité passable du repas même si tout est lié, pour vous offrir (c’est mon métier) une analyse de l’addition : 60,90 € à deux personnes. Le prix pourrait sembler normal (environ 5% d’un salaire minimum quand même, ce n’est pas anodin) mais quand on la regarde de plus près on se dit que quelque chose ne tourne pas rond… Et pas besoin de remonter aux francs! 6,60 € pour une salade de poulet principalement composée de soja… cela commence à coincer, 6,30 € pour 4 malheureux raviolis pékinois mal grillés ça coince encore,  mais surtout 7,60 € pour une grosse poignée de riz sauté à la thaï (un accompagnement) : là, c’est non seulement abusif, mais -si l’on veut bien penser au « coût matière »- c’est carrément de la grosse arnaque. C’est le type de dépense à laquelle on ne prête pas garde lorsque l’on s’attable dans ce genre de bouiboui, et c’est un peu plus d’une heure de smic net! Une heure de travail !!! Et c’est là que cela devient indécent. Et ma réflexion est la même pour la coupe de fruits facturée à 7,60 €. Le juste prix -les 50 cl de vin compris- n’aurais jamais dû excéder les 40 €. Il y en a eu 20 de plus qui m’ont fait penser que ce genre de « plaisir » qui n’en n’était même pas un était représenterait un véritable sacrifice pour une personne payée au smic.
A propos de l'auteur

 

Laisser un commentaire

cinq × un =